Se déplacer en vélo à assistance électrique

Allier sport et geste pour l’environnement en se déplaçant fait rêver tout le monde… C’est décidé, vous allez investir dans un vélo : plus besoin d’aller à la salle de sport ni de dépenser ses économies dans l’entretien d’une voiture ! Seulement, l’idée d’arriver dégoulinant de sueur au bureau ne fait rêver absolument personne… Il est temps de vous faire découvrir le vélo à assistance électrique comme nouveau moyen de transport !

Qu’est-ce qu’un vélo à assistance électrique ?

Le vélo à assistance électrique n’est ni plus ni moins qu’un vélo traditionnel équipé d’une batterie/moteur qui sert d’assistance au pédalage. Plus pratique qu’un vélo classique, c’est le moment de dire adieu à l’effort face au vent et aux montées ardues. Le pédalage est bien moins fatigant et vous arrivez frais comme un gardon à votre destination. Cette alternative écologique à la voiture est une mobilité qui a tout pour plaire : peu d’entretien, pas de carburant, pas d’émission de CO2 ! A noter que le vélo à asssitance électrique est plus lourd qu’un vélo traditionnel : il peut facilement faire plus de 20kg. Fort heureusement, la batterie permet d’oublier son poids. La batterie peut se recharger sur une borne de prise électrique, dans un centre de vélos ou chez soi.

Le vélo à assistance électrique, un investissement ?

Le vélo à assistance électrique coûte plus cher qu’un simple vélo. On peut trouver des VAE en entrée de gamme autour de 600€ et le prix peut monter jusqu’à 6000€. Pour vous aider à faire le bon choix, UFC Que Choisir estime qu’un VAE de bonne facture coûte entre 1 200 et 3 000 €. Néanmoins, le vélo à assistance électrique coûte moins cher qu’une voiture à l’achat et à l’entretien… Financer ou participer à l’achat d’un VAE peut être une idée à proposer dans un Plan de Mobilité des Entreprises. Pensez-y !

Le Bonus Vélo, une aide de l’Etat pour investir dans un vélo à assistance électrique

L’Etat propose une aide, Bonus Vélo, fixée à 20% du coût d’acquisition hors options, toutes taxes comprises, sans être supérieur à 200€, pour l’achat d’un vélo à assistance électrique avant le 31 janvier 2018. Le VAE doit cependant ne pas dépasser les 25 km/h. Pour bénéficier du Bonus Vélo, il faut en faire la demande via un formulaire d’un téléservice dédié au Bonus Vélo. Vous devrez ensuite imprimer le formulaire, ajouter des pièces justificatives (justificatif de domicile en France de moins de 3 mois ; copie d’un justificatif d’identité et une copie de la facture du cycle à pédalage assisté) et envoyer votre demande à la direction régionale de l’ASP.

Le vélo à assistance électrique est un moyen de transport qui a le vent en poupe. Moins fatigant et surtout écologique, l’Etat n’hésite pas à donner un coup de pouce financier afin d’en acquérir un. C’est le moment de pédaler pour aller au travail !

Spécial rentrée : qui allez-vous rencontrer dans les transports ?

Septembre est synonyme de fin des vacances et de rentrée pour tout le monde. Et même si vous êtes de nouveau prêt et en forme pour reprendre le travail, vous allez aussi partager votre trajet avec d’autres personnes. Mais qui allez-vous rencontrer dans les transports ?

Dans le métro

Le métro brasse les foules et sa cadence permet rarement de rencontrer les mêmes personnes. Etudiants et travailleurs attendent sur le quai pour se rendre à l’école, à l’université, au travail, chez le médecin, etc. Il se peut que sur la fin de votre trajet vous rencontriez vos collègues d’autres services. Enlevez vos écouteurs, c’est l’occasion de discuter avec eux le temps d’arriver au bureau. C’est le moment idéal pour en savoir plus sur eux, de connaître les projets sur lesquels ils travaillent et de tisser des liens en en apprenant plus sur eux.

Dans le bus

Le bus passant à des heures précises, vous rencontrez régulièrement les mêmes personnes à l’arrêt. Le matin, il s’agit très certainement de votre voisinage ; le soir, plutôt vos collègues ou de salariés d’entreprises voisines à la vôtre. Comment discuter avec eux ? Généralement, pour briser la glace, parlez de la météo. Ce n’est pas forcément le sujet de discussion le plus passionnant mais en cas de mauvais temps, vous êtes ensemble dans la « même galère ». Vous pouvez aussi rebondir sur le titre d’un livre que la personne est en train de lire. Si vous vous rejoignez tous les jours à la même heure, dites simplement « bonjour » et demandez ce qu’il fait dans la vie. La discussion deviendra naturelle.

En covoiturage

Le covoiturage quotidien vous permet de rencontrer des personnes habitants à proximité de chez vous et travaillant à proximité de votre entreprise. Vous pouvez ainsi partager un bout du chemin avec vos voisins, vos collègues, des salariés travaillant dans des entreprises à la vôtre. Ce moyen de transports permet de tisser des liens : les passagers discutent plus facilement que dans les transports en commun. Quand on est nouveau dans une ville, il peut être un bon moyen pour s’intégrer !

C’est le moment d’élargir son entourage et de ne pas rester dans sa bulle pendant son trajet domicile-travail. Allez donc rencontrer les personnes que vous croisez régulièrement dans les transports !

Transports : comment réduire les émissions de gaz à effet de serre

Le réchauffement climatique est un véritable problème mondial. Comment réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) tout en continuant à utiliser les différents transports qui existent ? Il est possible de prendre soin de la planète tout en continuant à bénéficier du confort de notre monde moderne. Il suffit de modifier certaines habitudes, comme valoriser certains modes de transport…

Conduire un véhicule émettant peu de gaz à effet de serre

 

Quand on sait qu’une voiture rejette 3 fois son poids de polluant chaque année, il est important de privilégier l’achat d’une voiture peu polluante et adaptée au lieu où on vit. Ainsi, on évite les voitures à grosses cylindrées et les 4×4 en centre-ville. L’Etat a d’ailleurs réinstauré la vignette Crit’Air à Paris pour que les véhicules les moins polluants puissent circuler les jours où la pollution est trop forte. La vignette pourrait être étendue aux grandes villes françaises où la pollution est importante.

 

Adopter une éco-conduite

 

L’éco-conduite est la pratique d’une conduite souple et modérée. Elle se décline sous plusieurs formes comme réduire sa vitesse, entretenir sa voiture, limiter l’utilisation de la climatisation et ne pas surcharger son véhicule.

Utiliser les transports en commun

 

Quand on habite dans une grande ville, on a la chance d’avoir une offre de transports en commun développée. Métro, tramway ou encore bus permettent de transporter plus de monde et donc de désengorger les routes.

 

Covoiturer

 

Quand on travaille ou habite dans un endroit n’ayant pas des transports en commun faciles d’accès, on est obligé d’utiliser son propre véhicule. Un des avantages indéniable du covoiturage est de partager les frais liés à l’entretien de la voiture mais surtout de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Partager ses trajets permet de réduire le nombre de voitures sur la route et donc de fluidifier le trafic. Moins de véhicules c’est moins de bouchons et donc moins de pollution !

 

Devenir un adepte des mobilités actives

 

Les mobilités actives n’ont pas besoin de carburant puisque vous êtes le moteur de déplacement. La marche, le vélo, la trottinette et tous les autres moyens de se déplacer de manière un peu fun vous permettent de vous rendre là où vous voulez sans émettre de gaz à effet de serre.

Privilégier le train à l’avion

 

Vous devez traverser le pays : privilégiez le train à l’avion. Les deux transportent énormément de passagers mais l’avion est celui qui émet le plus de gaz à effet de serre. En effet, il consomme énormément de kérosène. Pensez-y à deux fois avant de réserver vos billets !

Les mobilités actives, des moyens de transport comme les autres

Quand on parle de “moyens de transport”, on a tous en tête les grands classiques : voiture, scooter, moto, bus, métro ou encore tramway. Toutefois, il existe une autre catégorie : les mobilités actives. Elles permettent de se déplacer à l’aide d’équipements non motorisés ou alors à très faible impact écologique. Petit tour d’horizon :

 

La mobilité active : un moyen de transport écologique

 

La mobilité active concerne les déplacements effectués grâce à l’énergie humaine, comme la marche ou le vélo.  Leur impact sur l’environnement est donc neutre. Les engins motorisés sont donc exclus.

Les mobilités actives peuvent également être combinées avec d’autres moyens de transports puisque ces équipements sont généralement facilement transportables et/ou permettent de faire des liens. On dit alors que les mobilités sont complémentaires entre elles. Quand on marche pour rejoindre un arrêt de bus ou le point de rendez-vous de covoiturage, on fait appel à différents types de mobilités… Eh oui, la marche est une mobilité active !

 

Quels sont les types de mobilités actives ?

 

La mobilité active apparaît sous de nombreuses formes. Certaines n’ont pas besoin d’autres appareils que le corps, comme la marche, d’autres impliquent un appareil non motorisé comme le vélo, la trottinette, le skateboard (ou longboard), le roller.

Certaines mobilités sont douces, bien qu’elles fassent appel à des moteurs, comme, le segway, l’hoverboard, le vélo électrique. Il n’y a au moins pas de gaz à effet de serre d’émis !

 

Pourquoi utiliser les mobilités actives ?

 

C’est sportif !

 

Les mobilités actives utilisent le corps et permettent donc de répondre en partie aux exercices quotidiens nécessaires pour être en bonne santé. Etre sur un skate, c’est forcément garder l’équilibre !

 

On redécouvre l’environnement dans lequel on vit ou on travaille !

 

Que ce soit l’été ou l’hiver, sous le soleil ou la pluie, se déplacer, les mobilités actives sont une bonne façon de prendre l’air, de pouvoir prendre le temps de s’arrêter. En plus, l’air est plus sain à l’extérieur que dans les voitures !



Les vacances sont souvent la bonne période pour se mettre aux mobilités actives. On le fait tout naturellement, en famille ou entre amis. Pourquoi ne pas prolonger cela pendant les périodes où on travaille ?

Le plan de mobilité des entreprises : qu’est-ce que c’est ?

Les entreprises situées dans un Plan de Déplacements Urbains ont jusqu’au 1er janvier 2018 pour mettre en place un Plan de Mobilité pour les Entreprises, dit PME, pour les établissements de plus de 100 salariés. Il a pour but d’améliorer l’accès au lieu de travail et de diminuer les frais liés à ces déplacements. Il présente de nombreux avantages pour les entreprises, les salariés et la collectivité.

 

Qu’est-ce que le Plan de Mobilité des Entreprises ?

 

Le plan de mobilité entreprise (ou plan de déplacements entreprise – PDE – son ancien nom) est un véritable projet d’entreprise. Il favorise l’usage des modes de transport alternatifs à la voiture individuelle. Le PME concerne tous les déplacements liés aux activités professionnelles : les trajets domicile/travail, les déplacements professionnels des salariés commerciaux, des collaborateurs, des clients et des partenaires. Cette obligation réglementaire, issue de la loi de transition énergétique, a pour but de faire changer les comportements de chacun. Elle vise à diminuer les émissions de gaz à effet de serre, décongestionner les routes (bouchons, stationnement sur la voie publique) et améliorer le quotidien des salariés.

 

Quelles solutions peuvent être proposées ?

La loi relative à la transition énergétique qui régit le Plan de Mobilité des Entreprises est claire sur ce que peuvent faire les entreprises pour améliorer la mobilité de leur personnel. Les entreprises peuvent ainsi encourager l’utilisation des transports en commun (participation financière aux abonnements, création d’une navette d’entreprise), du vélo et le recours au covoiturage travail – domicile (Coovia est en mesure de vous proposer des plans d’action clé en main pour ne pas surcharger vos équipes), aménager les horaires des salariés, améliorer l’accès des piétons aux bâtiments dans lesquels ils travaillent, proposer des solutions alternatives (chèque-taxi, utilisation de voitures de services, etc.) ou encore encourager le télétravail. Il est aussi possible de s’associer avec les entreprises voisines dans le cadre du plan de mobilité pour élargir l’offre. Contactez-nous !

 

Les avantages du Plan de Mobilité des Entreprises pour les entreprises

 

D’un point de vue financier, grâce au PME, les entreprises peuvent optimiser les coûts liés aux transports et, dans certains cas, diminuer la charge foncière. Du côté RH, l’entreprise renforce l’esprit d’équipe et la culture d’entreprise, améliore sa réputation. En effet, elle devient une entreprise éco-citoyenne.

 

Les avantages du Plan de Mobilité des Entreprises pour les salariés

 

Le PME pour les salariés permet une diminution des frais de déplacements travail domicile et améliore les conditions de travail et de transport. Le PME, c’est moins de stress pour plus de confort et de convivialité.

Si vous êtes concernés par la mise en place d’un PME, regardez ce que notre service Partenariats peut faire pour la mobilité de votre entreprise.

La navette gratuite de l’hypercentre toulousain

Peut-être l’avez vous déjà vu dans le centre ville toulousain. C’est une navette électrique de 9 places assises, 9 debouts et une place réservée pour les personnes handicapées qui fait une boucle depuis le Cours Dillon en passant par Jean Jaurès et Jeanne d’Arc. Si vous ne vivez pas dans l’hyper-centre, vous ne savez peut-être pas comment elle fonctionne. Heureusement, nous sommes là pour tout vous expliquer 😉

1. La navette est gratuite.

2. Il suffit de lever la main au passage de la navette pour qu’elle s’arrête.

3. Le chauffeur vous dépose, s’il est possible de s’arrêter, là où vous le demandez.

4. Elle fonctionne de 9h à 19h du lundi au samedi.

5. Il y en a une toutes les dix minutes.

Ajoutons que les chauffeurs des navettes sont particulièrement appréciés des passagers 🙂

Voilà, vous n’aurez maintenant aucun scrupule à lever la main au passage de la navette !

Retrouvez les horaires de bus sur le site Tisséo.

8 août, nouveau Jour du Dépassement du Global

Selon le Global Footprint Network, le 8 août est le Jour du Dépassement Global pour 2016. Nous avons consommé tout ce que la planète est capable de produire en une année. En 2015, c’était le 13 août.

Le Global Footprint Network propose de prendre des engagements avec notamment : organiser un repas végétarien et diffuser les photos mais aussi télétravailler de temps en temps ou covoiturer.

Au-delà, des individus et des pays, ce sont aussi aux entreprises, aux collectivités, aux citoyens de privilégier des modes de production et de consommation plus écologiques“ dit le WWF. Du côté de Coovia, nos voitures sont électriques, nous covoiturons et utilisons les transports en commun. Notre application est là pour vous aider à mieux vous déplacer autour de Toulouse ou même à Toulouse.

Faîtes nous part aussi de vos engagements pour que nous luttions ensemble contre les émissions de CO2 et pour la préservation des ressources de la planète 🙂

Pénurie de carburant : les solutions de Coovia

Pénurie de Carburant : Les solutions de Coovia

Bien que la pénurie de carburant ne touche encore que très peu Midi-Pyrénées, il n’est pas impossible que le phénomène s’intensifie. Pour trouver des alternatives et s’habituer à être moins dépendant de l’or noir. Coovia vous propose quelques solutions applicables à Toulouse mais aussi ailleurs.

1.On teste le covoiturage quotidien ! Afin d’optimiser et de mutualiser ses trajets.

Le covoiturage a de multiples avantages, dont celui de pouvoir laisser sa voiture au garage pour économiser son carburant mais aussi son argent. Vous pourrez ainsi alterner les jours de conduite entre passagers et conducteurs afin que chacun puisse faire durer son plein un peu plus longtemps.

Le covoiturage vous aide à faire des économies tout en élargissant votre cercle de contacts.

2. Adoptez l’écoconduite, 5 gestes simples pour une conduite économique.

    • Changer de rapports de vitesse en bas régime
    • Maintenir une vitesse stable
    • N’abuser pas de la climatisation
    • Rouler zen, et anticiper le trafic
    • Entretenir correctement votre véhicule

3. Proposez de faire du télétravail.

Vous êtes nombreux à pouvoir faire du télétravail, tous ceux qui travaillent sur ordinateur peuvent le faire. Afin d’éviter de prendre votre véhicule, le télétravail est la solution idéale.

4. Ressortez votre vélo.

Il recommence à faire beau, il est temps de reprendre le sport ! Le vélo est une des solutions efficace pour réduire sa consommation de carburant. Pour les moins sportifs il existe même des vélos électriques. 😉

5. Utilisez les transports en commun.

Retrouver le meilleur itinéraire en bus, métro, tram, « etc ». sur Coovia.fr. Toutes les options vous sont proposées sur notre site selon votre horaire et votre destination!

NB :  La voiture à pédales

Autrement, on a aussi pensé à l’utilisation de la voiture à pédales pour covoiturer écologique mais pour aller à Colomiers en pédalant on n’est pas sûr que ça fonctionne très bien.

 

Afficher l'image d'origine

Les 5 pires situations du covoiturage au quotidien

Chez Coovia, nous sommes des pros du covoiturage au quotidien alors parfois il nous arrive quelques situations cocasses et souvent très drôles, mais seulement après coup..

1. Celui qui écoute une radio pourrie et ne semble pas vouloir changer de chaîne.

Qui n’a jamais connu ça ? Même quand on voyage en famille ça arrive ! Vos enfants écoutent en boucle la chanson de la reine des neiges et elle vous est rentrée dans la tête… Et ben voilà, c’est parti pour la journée « Libérée, délivrée…. »

Allez, allez courage ! Vous êtes presque arrivé au boulot cette musique horrible va s’arrêter !

 

Chanteur-pro-de-covoiturage

2. Celui qui te passe devant le nez et trouve quand même le moyen de t’oublier

Vous covoiturez au quotidien avec votre voisin Francis mais parfois il est un peu distrait, et oui ça arrive ! Le covoiturage est une question d’organisation. On s’organise pour envoyer un petit rappel à Francis avant 8 h, c’est peut être une bonne stratégie pour ne pas rester coincé  à la maison.

 

Francis-m'a-oublié

 

3. Celui qui n’a manifestement pas bien dormi cette nuit

Francis il conduit tellement bien que parfois pour aller jusqu’à Colomiers, on a envie de faire une petite sieste pour bien finir la nuit. Ils sont tellement confortables les sièges chauffants de sa jolie voiture. En plus, souvent dans la voiture il reste la grosse peluche de sa fille qui sert parfois d’oreiller! Ce n’est pas si mal le covoiturage en fait 😉

 

Mal-dormi-cette-nuit

 

4. Celui qui est beaucoup, mais alors beaucoup trop motivé de bon matin !

Mais des fois Francis, il pète un peu trop la forme le matin pour aller travailler et il parle, il parle, il parle et même des fois il s’énerve et s’élance dans un grand débat politique tout seul. Alors surtout, on reste calme et si la radio est en train de cracher des infos politiques il va falloir essayer de changer subtilement de radio. C’est dur de faire du covoiturage quotidien quand même !

 


Conducteur-trop-motivé

 

5. Celui qui joue les GPS mais n’a vraiment pas le sens de l’orientation

Parfois Francis il n’a pas très envie de conduire, alors c’est à vous de jouer les supers-conducteurs. Mais Francis il aime bien jouer les GPS pour éviter les bouchons même en ayant allumé Waze il a décidé qu’il était plus fort qu’un GPS notre cher Francis ! Zut !

Mais parfois vous avez envie de le croire, alors vous voilà partie dans les petites rues toulousaines… « Heu Francis, je pense pas que ce soit par là ! On va jamais rentrer à la maison à ce rythme ».

 

GPS-covoitureur

Peut-on faire du covoiturage avec un véhicule de fonction ?

En signant votre CDI, vous êtes enfin arrivé à décrocher le saint Graal des avantages en nature dans votre société, soit un véhicule de fonction ! Vous faites déjà du covoiturage sur de longues distances pour aller voir mamie au fin fond de l’Ariège, et vous faisiez déjà un peu de covoiturage au quotidien pour aller au travail, mais maintenant vous avez un véhicule de fonction !

Mais avez-vous le droit de covoiturer avec ce véhicule ?

voiture-de-fonction

Coovia vous explique les démarches à suivre pour covoiturer en toute légalité.

Pour être sûr d’être dans votre bon droit, vous devrez vous renseigner sur ces différents points :

  • Dans un premier temps, si vous venez de signer votre CDI et que vous avez bien relu votre contrat, vous aurez sûrement lu les conditions d’utilisation de votre véhicule de fonction. Votre employeur, n’a peut-être pas pensé à l’utilisation de ce véhicule dans le cadre du covoiturage. Vous pouvez vous renseigner auprès des services RH de votre entreprise. Ils seront compétents pour vous répondre et intégreront cette clause au prochain contrat.
  • Dans un second temps, vous devrez vérifier le contrat d’assurance de votre voiture de fonction afin d’être informé sur les modalités de couverture en cas de sinistre lors d’un covoiturage. Si ce n’est pas notifié, vous pouvez directement leur poser la question. De plus en plus d’assurances ajoutent cette clause à leurs contrats.

Pour connaître la politique de l’entreprise à ce sujet, nous vous conseillons de bien lire les règles d’utilisation des véhicules de votre entreprise. Si ce sujet n’est pas traité, veuillez à vous renseigner auprès des services RH afin qu’ils actualisent les documents. Le covoiturage est une pratique qui se démocratise et les services hiérarchiques des entreprises ne sont pas forcément sensibilisés à ces nouveaux usages.

La question de l’assurance : Suis-je correctement assuré avec mon véhicule de fonction ? Comment sont assurés les passagers que je transporte ?

Pour répondre à cette question, il vous faudra relire le contrat d’assurance que votre employeur doit vous fournir quand vous récupérerez votre véhicule de fonction.

  • Si un sinistre survient et comme pour tout autre accident de la circulation, c’est l’assurance de la personne en tort qui assumera les dommages.
  • Dans le cas où il s’agit de votre véhicule de fonction et que vous êtes donc conducteur et en tort, c’est l’assurance de votre employeur qui prendra en compte les dommages des tiers mais aussi de votre passager si vous effectuez un covoiturage.
  • Si vous n’êtes pas responsable c’est l’assurance de la personne en tort qui couvrira les dommages.

Pour savoir si vous êtes bien assuré pour covoiturer, vous pouvez aussi lire l’article Assurance et covoiturage : ce qu’il faut savoir, sur le blog de Coovia.

La question concernant le partage des frais ?

En effet, le principe du covoiturage est avant tout le partage de frais et non l’idée de faire des bénéfices.

En covoiturant avec un véhicule de fonction vous ne pourrez pas faire payer vos passagers, étant donné que ce n’est pas vous qui assumez les frais (d’entretien, de carburant, d’assurances ) du véhicule.  À ce titre ce n’est plus un partage de frais mais du bénéfice si vous covoiturez contre rémunération.

Si une participation financière est en jeu, vous pouvez être poursuivi par votre employeur, de plus cela reviendrait à effectuer du transport public de voyageur illégalement.
Si vous ne voulez pas être poursuivie par des taxis en furie, alors le covoiturage avec votre véhicule de fonction doit rester gratuit. 🙂

Sur le site de Coovia, vous pourrez bientôt proposer vos trajets gratuits avec votre véhicule de fonction.