La flexibilité du covoiturage quand on est conducteur

En tant que conducteur, vous aimeriez vous inscrire sur Coovia pour covoiturer. Que ce soit pour faire quelques économies, partager vos frais ou encore rencontrer de nouvelles personnes, vous vous posez quelques questions logistiques. Un trajet de covoiturage régulier implique une certaine routine et vous avez peur de perdre votre liberté. Pourtant, en tant que conducteur, vous bénéficiez d’un certain avantage : la flexibilité du covoiturage !

Pas de stress !

S’inscrire sur un application peut être un peu stressant pour certains : c’est un engagement pris auprès de certaines personnes et qu’il est nécessaire d’assurer. Tout d’abord, le trajet que vous allez inscrire, vous le faites tous les jours et vous partez sensiblement aux mêmes horaires. Certes, il se peut que certains matins vous partiez avec 5 minutes de retard… Du moment que cela ne devienne pas une habitude, ce n’est pas un souci puisque vous êtes en contact avec le(s) covoitureur(s) passager(s). Un petit sms pour les prévenir et le tour est joué. Covoiturer ne doit pas être une contrainte et pour cela, il est important que vous gardiez en tête que c’est vous qui décidez !

Votre trajet, vos horaires : votre choix

Quand vous créez votre trajet sur Coovia, vous prévenez les autres utilisateurs du chemin que vous prenez, aux horaires de votre choix et les jours que vous voulez. Cela signifie que vous choisissez quand covoiturer : cela peut être le matin, le soir, les deux, un jour par semaine ou la semaine entière. A tout moment, vous pouvez décaler ou mettre en pause votre trajet depuis votre espace personnel. Vos passagers éventuels sont immédiatement prévenus de ces modications par email. Côté logistique, le covoiturage est complètement flexible quand on est conducteur.

La relation avec le(s) covoitureur(s)

C’est également vous qui choisissez avec qui vous covoiturez. Vous êtes alertés des demandes de covoiturages dans notre application et vous les validez selon votre disponibilité. Il se peut qu’un covoitureur souhaite faire un arrêt avant votre destination. C’est à vous de voir s’il est possible de faire cet arrêt sans que cela ne vous pénalise. L’important est de bien communiquer avec votre covoitureur : en amont pour connaître son trajet, le prévenir de votre départ et ne pas hésiter à lui rappeler l’heure et le lieu du rendez-vous s’il fait le retour avec vous. Plus vous communiquerez et plus le trajet sera convivial !

Le covoiturage n’est pas et ne doit pas devenir une contrainte. C’est pour cela qu’en tant que conducteur vous bénéficiez d’une grande flexibilité. Vous êtes le maître à bord : vous covoiturez quand vous le voulez et avec qui vous voulez !

Quel covoitureur êtes-vous ?

Quand on est un adepte du covoiturage, on rencontre de nombreuses personnes. Même si tout le monde est différent, on retrouve toutefois certains traits de caractère chez certains covoitureurs. C’est parti pour la typologie des personnes avec qui l’on partage ce merveilleux goût pour la mobilité partagée !

Le bavard

Avec le bavard, vous êtes sûr de ne pas vous ennuyer durant votre trajet. Il a toujours quelque chose à dire, n’hésite pas à lancer les conversation pour briser la glace. Il est même possible qu’avant la fin du trajet vous sachiez tout sur sa vie, son oeuvre, sa famille et le nombre de chats que possède sa tante !

Celui qui n’est pas du matin

Facilement reconnaissable grâce à ses petits yeux et son humeur grognon, celui qui n’est pas du matin risque de grogner en guise de réponse et de terminer sa nuit durant le trajet. Ne vous inquiétez pas, le premier café en arrivant au bureau va le réveiller ! D’ailleurs, il est possible que celui qui n’est pas du matin soit un autre type de covoitureur lors du trajet du soir…

Le rigolo

Véritable boute-en-train, avec lui vous n’allez pas vous ennuyer une seule seconde durant le trajet en voiture. Le rigolo est le spécialiste pour détendre l’ambiance : il raconte des anecdotes drôles et anime comme personne les jeux pour s’occuper en voiture durant les bouchons ou les longs trajets !

Le timide

Le timide ne lancera jamais la conversation et si vous êtes nombreux, vous n’entendrez peut-être même pas le son de sa voix durant le temps de trajet. Néanmoins, si vous vous intéressez à lui, il vous répondra ! Les discussions sont toutefois plus faciles si le timide n’est que la seule autre personne qui partage le véhicule.

L’angoissé

Le covoiturage journalier domicile > travail fait apparaître un type de covoitureur bien particulier : l’angoissé. Un poste à responsabilités, un travail stressant, vous voilà en train de partager un moment avec une boule de nerfs. Ce trajet peut-être un bon moyen de lui faire passer un bon moment et de le détendre. L’angoissé est reconnaissable grâce à certains tics comme bouger sa jambe de manière constante, se ronger les ongles ou encore avoir l’air complètement ailleurs et perdu dans ses pensées.

Le militant

Méfiez-vous du militant ! La discussion peut être intéressante et enrichissante mais certaines discussions (de politique par exemple) peuvent mettre une mauvaise ambiance. Et quand on covoiture, on a plutôt envie de passer un moment convivial. Les militants sont reconnaissable : ils parlent avec passion pour les causes qui les animent.

Avouez-le, vous reconnaissez certains de vos covoitureurs dans cet article ! Alors, quel covoitureur êtes-vous ?

Le covoiturage, un véritable moment de détente

En tant que conducteur, le trajet domicile-travail peut être une véritable source de stress. Les bouchons nous énervent, les dossiers urgents à traiter occupent notre esprit. La sérénité semble être très loin et il est parfois difficile de se calmer. Deux fois par jour, il est possible de rendre le chemin plus agréable : détente et bonne humeur vont égayer votre trajet grâce au covoiturage.

On pense à autre chose

La remarque désagréable du responsable ou encore ce dossier urgent qui vient déranger le planning occupent votre esprit. Le temps de trajet peut vite devenir désagréable : on ne peut s’empêcher d’anticiper ou de ressasser les moments négatifs de la journée. En covoiturant, vous partagez un laps de temps avec une personne avec qui vous discuter. Cela vous permet de penser à autre chose et de relativiser durant tout le temps du trajet.

On s’énerve moins

Tout seul dans sa voiture, on se focalise plus facilement sur ce qui ne va pas. Le moindre événement (bouchons, piétons qui traverse hors d’un passage piéton, bus qui marque un arrêt) vous fait râler. Quand on partage son véhicule, on prend sur soi pour ne pas mettre mal à l’aise l’autre en râlant. Bien entendu, si une queue de poisson se déroule sous vos yeux, vous avez le droit de dire quelque chose… Mais globalement, on arrive à se retenir et les échanges sont souvent positifs entre passagers.

On passe un bon moment

Contrairement aux autres transports en commun, le dialogue s’établit plus facilement quand on covoiture. Les passagers se racontent leur vie, s’occupent en jouant à quelques jeux durant les longs trajets ou les bouchons. L’ambiance y est bien plus détendue, on apprend à se connaître, on rigole et surtout on passe un bon moment. En plus, le temps passe plus vite, surtout dans les bouchons !

Covoiturer permet de ne pas se focaliser sur le négatif de la journée et de passer un bon moment. Ainsi, on arrive chez soi ou au travail plus détendu. Si vos collègues se demandent quel est votre secret pour être de bonne humeur, conseillez-leur le covoiturage !

 

 

 

Se déplacer en vélo à assistance électrique

Allier sport et geste pour l’environnement en se déplaçant fait rêver tout le monde… C’est décidé, vous allez investir dans un vélo : plus besoin d’aller à la salle de sport ni de dépenser ses économies dans l’entretien d’une voiture ! Seulement, l’idée d’arriver dégoulinant de sueur au bureau ne fait rêver absolument personne… Il est temps de vous faire découvrir le vélo à assistance électrique comme nouveau moyen de transport !

Qu’est-ce qu’un vélo à assistance électrique ?

Le vélo à assistance électrique n’est ni plus ni moins qu’un vélo traditionnel équipé d’une batterie/moteur qui sert d’assistance au pédalage. Plus pratique qu’un vélo classique, c’est le moment de dire adieu à l’effort face au vent et aux montées ardues. Le pédalage est bien moins fatigant et vous arrivez frais comme un gardon à votre destination. Cette alternative écologique à la voiture est une mobilité qui a tout pour plaire : peu d’entretien, pas de carburant, pas d’émission de CO2 ! A noter que le vélo à asssitance électrique est plus lourd qu’un vélo traditionnel : il peut facilement faire plus de 20kg. Fort heureusement, la batterie permet d’oublier son poids. La batterie peut se recharger sur une borne de prise électrique, dans un centre de vélos ou chez soi.

Le vélo à assistance électrique, un investissement ?

Le vélo à assistance électrique coûte plus cher qu’un simple vélo. On peut trouver des VAE en entrée de gamme autour de 600€ et le prix peut monter jusqu’à 6000€. Pour vous aider à faire le bon choix, UFC Que Choisir estime qu’un VAE de bonne facture coûte entre 1 200 et 3 000 €. Néanmoins, le vélo à assistance électrique coûte moins cher qu’une voiture à l’achat et à l’entretien… Financer ou participer à l’achat d’un VAE peut être une idée à proposer dans un Plan de Mobilité des Entreprises. Pensez-y !

Le Bonus Vélo, une aide de l’Etat pour investir dans un vélo à assistance électrique

L’Etat propose une aide, Bonus Vélo, fixée à 20% du coût d’acquisition hors options, toutes taxes comprises, sans être supérieur à 200€, pour l’achat d’un vélo à assistance électrique avant le 31 janvier 2018. Le VAE doit cependant ne pas dépasser les 25 km/h. Pour bénéficier du Bonus Vélo, il faut en faire la demande via un formulaire d’un téléservice dédié au Bonus Vélo. Vous devrez ensuite imprimer le formulaire, ajouter des pièces justificatives (justificatif de domicile en France de moins de 3 mois ; copie d’un justificatif d’identité et une copie de la facture du cycle à pédalage assisté) et envoyer votre demande à la direction régionale de l’ASP.

Le vélo à assistance électrique est un moyen de transport qui a le vent en poupe. Moins fatigant et surtout écologique, l’Etat n’hésite pas à donner un coup de pouce financier afin d’en acquérir un. C’est le moment de pédaler pour aller au travail !

Pourquoi devenir adepte du télétravail ?

A l’heure où le gouvernement français demande aux entreprises de trouver des solutions pour améliorer l’accès au lieu de travail et de diminuer les frais liés à ces déplacements des salariés, le télétravail est au centre des discussions. Tout comme le covoiturage, cette autre manière de travailler peut être une des solutions proposées dans le Plan de Mobilité des Entreprises, obligatoire à partir du 1er janvier 2018 dans les établissements de plus de 100 salariés. Focus.

Qu’est-ce que le télétravail ?

Le télétravail permet à un salarié de travailler de chez lui ou dans un autre endroit à l’extérieur de l’entreprise, comme dans un espace de coworking. Bien entendu le salarié s’engage à travailler durant les horaires établis par son contrat de travail. Aujourd’hui, pour un certain nombre de métiers du secteur tertiaire, il suffit d’avoir un ordinateur et une connexion internet pour travailler. Pourtant seuls 16,7 % des Français ont télétravaillé plus d’une journée par semaine en 2016.

Pourquoi télétravailler ?

En tant que salarié dans une entreprise, il vous est certainement déjà venu à l’esprit cette question : a-t-on besoin d’être toujours présent sur son lieu de travail ? Clairement non, il n’est pas nécessaire d’être présent sur son lieu de travail tous les jours de la semaine. Et les raisons de privilégier le télétravail sont nombreuses.

Cette manière de travailler apporte un certain confort un certain confort à ses adeptes. Il peut être vu comme une amélioration du bien-être d’un salarié. Celui qui habite loin de son travail dort plus et est donc plus efficace. Les employés parents peuvent continuer à travailler tout en gardant leur enfant malade. Cela permet aussi de réduire les frais de déplacements et les émission de gaz à effet de serre en utilisant moins sa voiture. Un autre atout au télétravail : c’est un signe de confiance de l’employeur envers ses salariés. Et qui dit salarié heureux dans son travail, dit salarié efficace.

Comment mettre en place le télétravail au sein d’une entreprise ?

Comme précisé plus haut dans l’article, il suffit souvent d’avoir une connexion internet et un ordinateur, voire d’un téléphone pour certains métiers. Avec l’ordonnance relative à la prévisibilité et la sécurisation des relations de travail signée le 22 septembre 2017 par Emmanuel Macron, il est maintenant plus facile pour les salariés de télétravailler : l’employeur doit justifier le refus de sa mise en place et les accidents sur le lieu de télétravail sont reconnus comme accidents de travail. De plus, une charte n’est plus obligatoire dans le cas de télétravail occasionnel s’il y a un accord entre les parties.  Par contre, l’Accord national interprofessionnel du 19 juillet 2005 relatif au télétravail fixe toujours que le télétravail doit être fait sur la base du volontariat et qu’il ne peut pas être imposé au salarié.

Le télétravail peut être mis en place quand le salarié en a besoin ou de manière plus régulière : une à deux fois par semaine. Il reste néanmoins important que les salariés et l’employeur soient joignables l’un pour l’autre. Des logiciels comme Slack ou Azendoo, que nous utilisons, facilitent les échanges au sein des entreprises. Trello ou encore Redmine permettent à tous les employés d’une même entreprise de suivre à distance les étapes d’un projet en cours. C’est à chaque entreprise de trouver les outils qui vous conviennent le mieux pour télétravailler !

Allier productivité, bien-être de chacun et faire un geste pour la planète est possible grâce au télétravail. Que cela s’effectue de manière ponctuelle ou de manière régulière, quand est-ce que vous vous lancez ? L’essayer c’est l’adopter ! Et puis, qui n’a jamais rêvé de travailler en pyjama…

Le covoiturage, la solution pour les trajets domicile-travail longue distance ?

Quand on pense covoiturage sur de longues distances, on s’imagine de suite sur la route des vacances ! Pourtant, il est possible de covoiturer quotidiennement sur de longues distances. En effet, bon nombre de salariés français ont fait le choix de vivre dans une ville ou un département différent de leur lieux de travail. Entre l’essence et le péage, cela génère forcément des coûts plus importants que si les salariés habitaient à proximité de leur lieu de travail. Le covoiturage apparaît alors comme une bonne solution pour les trajets domicile-travail longue distance !

C’est économique

On ne va pas se mentir, quand on covoiture sur de longues distances, on pense surtout au partage des frais liés au déplacement. L’essence, le péage et les frais d’entretien du véhicule ont un coût. Si en plus on doit de conduire de manière régulière voir quotidienne sur un même trajet, comme se rendre au travail, on réalise que le budget mensuel alloué à ces déplacements est conséquent. Covoiturer sur les trajets domicile-travail longue distance permet alors à chaque passager et au conducteur de partager et diviser parfois par 5 ces frais quotidiens.

C’est écologique

A force de lire des articles vantant les mérites du covoiturage, vous voyez très souvent l’argument écologique. Sur des trajets quotidiens longue distance, passer de maximum 5 à minimum une voiture permet de limiter les émissions de gaz à effet de serre de manière conséquente ! Chaque geste compte !

C’est sécurisant

Les trajets domicile-travail longue distance sont aussi ceux qui durent le plus longtemps puisque les salariés habitent dans des zones éloignées de leur lieu de travail. Passer 45 minutes voire plus d’une heure dans sa voiture, seul, peut être vu comme une perte de temps, et peut s’avérer plus dangereux. En effet, les accidents sont plus nombreux sur les trajets connus car la vigilance des conducteurs baisse. Avoir un passager dans sa voiture permet de rester concentrer, voire d’échanger les rôles un jour sur deux. Et en plus, le trajet passe plus vite !

Le choix de covoiturer est souvent personnel : faire des économies, limiter son impact sur la planète, rencontrer de nouvelles personnes, etc. Covoiturer lors de trajets domicile-travail longue distance est d’autant plus pratique parce qu’il permet en plus de diviser efficacement les frais liés à l’usage de la voiture et surtout c’est sécurisant. Les longs trajets quotidiens ne sont plus un problème !

 

Nouvelle tendance : le costationnement

Le costationnement est la nouvelle tendance adoptée par les amateurs de bons plans. Cette nouvelle pratique rend service à un propriétaire de voiture qui cherche une place sécurisée où se garer mais aussi au propriétaire de l’emplacement qui peut ainsi générer un revenu supplémentaire. Focus sur cette nouvelle tendance !

Pourquoi costationner ?

Tout le monde n’a pas la chance d’avoir une place de parking liée à son logement : devoir rouler pendant de longues minutes pour trouver une place où stationner peut vite être agaçant. A contrario, bon nombre de citadins qui n’ont pas de voiture ont une place de parking liée à leur logement. Mais, de toute façon, les places de parking ne sont utilisées qu’une partie de la journée par les résidents eux-mêmes. Résultat : des places de parkings privés non utilisées et des stationnements qui manquent dans la rue. Le costationnement vient pallier ce double problème en facilitant la mise en relation entre propriétaires de véhicules et de places de parking non utilisées. Ce la fonctionne comme le covoiturage, la colocation ou la location d’objets entre particuliers : des personnes entre elles partagent un bien ! Cela apporte de nombreux avantages pour chacune des deux parties mais aussi pour la planète…

Les avantages du costationnement :

  • Pas de perte de temps à chercher un stationnement. En effet, avoir une place en costationnement dans un parking permet au costationneur de ne pas tourner dans les rues pour trouver une place où se garer.
  • Limitation des émissions de gaz à effet de serre, puisqu’on ne tourne pas pour chercher de place (parfois plus d’une demi-heure !).
  • Finies les craintes de mises en fourrière, de contraventions ou de dégâts matériels, voire de vol.
  • Le costationneur qui loue sa place de parking génère une source de revenu supplémentaire.

Comment devenir adepte du costationnement ?

Trouver une place de costationnement peut se faire via le bouche à oreille ou les petites annonces. A Paris, certains parkings privés comme Vinci proposent de costationner : les places résidentielles seulement occupées en fin de journée et la nuit peuvent être mises à disposition à ceux qui en ont besoin en journée durant les heures de bureau. Des start-up et entreprises comme Yespark proposent aussi de mettre en relation des costationneurs afin de louer une place de parking de manière simple !

Partager ses biens pour mieux vivre ensemble, c’est la bonne idée du moment : covoiturez ET costationnez !

Spécial rentrée : qui allez-vous rencontrer dans les transports ?

Septembre est synonyme de fin des vacances et de rentrée pour tout le monde. Et même si vous êtes de nouveau prêt et en forme pour reprendre le travail, vous allez aussi partager votre trajet avec d’autres personnes. Mais qui allez-vous rencontrer dans les transports ?

Dans le métro

Le métro brasse les foules et sa cadence permet rarement de rencontrer les mêmes personnes. Etudiants et travailleurs attendent sur le quai pour se rendre à l’école, à l’université, au travail, chez le médecin, etc. Il se peut que sur la fin de votre trajet vous rencontriez vos collègues d’autres services. Enlevez vos écouteurs, c’est l’occasion de discuter avec eux le temps d’arriver au bureau. C’est le moment idéal pour en savoir plus sur eux, de connaître les projets sur lesquels ils travaillent et de tisser des liens en en apprenant plus sur eux.

Dans le bus

Le bus passant à des heures précises, vous rencontrez régulièrement les mêmes personnes à l’arrêt. Le matin, il s’agit très certainement de votre voisinage ; le soir, plutôt vos collègues ou de salariés d’entreprises voisines à la vôtre. Comment discuter avec eux ? Généralement, pour briser la glace, parlez de la météo. Ce n’est pas forcément le sujet de discussion le plus passionnant mais en cas de mauvais temps, vous êtes ensemble dans la « même galère ». Vous pouvez aussi rebondir sur le titre d’un livre que la personne est en train de lire. Si vous vous rejoignez tous les jours à la même heure, dites simplement « bonjour » et demandez ce qu’il fait dans la vie. La discussion deviendra naturelle.

En covoiturage

Le covoiturage quotidien vous permet de rencontrer des personnes habitants à proximité de chez vous et travaillant à proximité de votre entreprise. Vous pouvez ainsi partager un bout du chemin avec vos voisins, vos collègues, des salariés travaillant dans des entreprises à la vôtre. Ce moyen de transports permet de tisser des liens : les passagers discutent plus facilement que dans les transports en commun. Quand on est nouveau dans une ville, il peut être un bon moyen pour s’intégrer !

C’est le moment d’élargir son entourage et de ne pas rester dans sa bulle pendant son trajet domicile-travail. Allez donc rencontrer les personnes que vous croisez régulièrement dans les transports !

Covoiturage : de la bonne humeur sur un chemin routinier

Combien d’entre vous êtes seuls dans votre véhicule ? Allez, avouez-le : selon vous, prendre sa voiture est plus pratique que de prendre les transports en commun. Pourtant, à force de faire le trajet travail domicile tous les jours de la semaine, vous vous ennuyez et votre moral s’en ressent. C’est le moment de sourire, Coovia a la solution pour que vous retrouviez votre bonne humeur grâce au covoiturage !

Le covoiturage rompt avec la solitude

Les trajets tout seul dans la voiture avec seulement la radio en fond sonore sont désormais terminés ! Le covoiturage vous permet de remplir votre véhicule de manière régulière, donc de la rentabiliser, et surtout de passer un bon moment avec un ou plusieurs inconnus. Covoiturer est le moment parfait pour rompre avec la solitude en faisant de nouvelles rencontres !

Le covoiturage stoppe la routine

Adepte du covoiturage, vous prenez régulièrement des passagers. Certains sont aussi réguliers que votre trajet et parfois, des passagers ponctuels réservent leur place dans le véhicule. Désormais, aucun trajet ne se ressemble. La morosité du matin est un lointain souvenir.

Le covoiturage dit adieu à l’ennui

Grâce au covoiturage, on n’est plus seul dans sa voiture. Les trajets passent plus vite : tout le monde discute, rigole, on peut même jouer à des jeux pour pouvoir s’occuper dans les bouchons et durant les trajets un peu long. Conducteur et passagers arrivent à leur destination de bien meilleure humeur qu’avant d’être adepte du covoiturage !

Envie de casser la routine de vos trajets et faire de nouvelles rencontres ? Essayez Coovia, l’application de covoiturage quotidien !

Transports : comment réduire les émissions de gaz à effet de serre

Le réchauffement climatique est un véritable problème mondial. Comment réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) tout en continuant à utiliser les différents transports qui existent ? Il est possible de prendre soin de la planète tout en continuant à bénéficier du confort de notre monde moderne. Il suffit de modifier certaines habitudes, comme valoriser certains modes de transport…

Conduire un véhicule émettant peu de gaz à effet de serre

 

Quand on sait qu’une voiture rejette 3 fois son poids de polluant chaque année, il est important de privilégier l’achat d’une voiture peu polluante et adaptée au lieu où on vit. Ainsi, on évite les voitures à grosses cylindrées et les 4×4 en centre-ville. L’Etat a d’ailleurs réinstauré la vignette Crit’Air à Paris pour que les véhicules les moins polluants puissent circuler les jours où la pollution est trop forte. La vignette pourrait être étendue aux grandes villes françaises où la pollution est importante.

 

Adopter une éco-conduite

 

L’éco-conduite est la pratique d’une conduite souple et modérée. Elle se décline sous plusieurs formes comme réduire sa vitesse, entretenir sa voiture, limiter l’utilisation de la climatisation et ne pas surcharger son véhicule.

Utiliser les transports en commun

 

Quand on habite dans une grande ville, on a la chance d’avoir une offre de transports en commun développée. Métro, tramway ou encore bus permettent de transporter plus de monde et donc de désengorger les routes.

 

Covoiturer

 

Quand on travaille ou habite dans un endroit n’ayant pas des transports en commun faciles d’accès, on est obligé d’utiliser son propre véhicule. Un des avantages indéniable du covoiturage est de partager les frais liés à l’entretien de la voiture mais surtout de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Partager ses trajets permet de réduire le nombre de voitures sur la route et donc de fluidifier le trafic. Moins de véhicules c’est moins de bouchons et donc moins de pollution !

 

Devenir un adepte des mobilités actives

 

Les mobilités actives n’ont pas besoin de carburant puisque vous êtes le moteur de déplacement. La marche, le vélo, la trottinette et tous les autres moyens de se déplacer de manière un peu fun vous permettent de vous rendre là où vous voulez sans émettre de gaz à effet de serre.

Privilégier le train à l’avion

 

Vous devez traverser le pays : privilégiez le train à l’avion. Les deux transportent énormément de passagers mais l’avion est celui qui émet le plus de gaz à effet de serre. En effet, il consomme énormément de kérosène. Pensez-y à deux fois avant de réserver vos billets !