Le plan de mobilité des entreprises : qu’est-ce que c’est ?

Les entreprises situées dans un Plan de Déplacements Urbains ont jusqu’au 1er janvier 2018 pour mettre en place un Plan de Mobilité pour les Entreprises, dit PME, pour les établissements de plus de 100 salariés. Il a pour but d’améliorer l’accès au lieu de travail et de diminuer les frais liés à ces déplacements. Il présente de nombreux avantages pour les entreprises, les salariés et la collectivité.

 

Qu’est-ce que le Plan de Mobilité des Entreprises ?

 

Le plan de mobilité entreprise (ou plan de déplacements entreprise – PDE – son ancien nom) est un véritable projet d’entreprise. Il favorise l’usage des modes de transport alternatifs à la voiture individuelle. Le PME concerne tous les déplacements liés aux activités professionnelles : les trajets domicile/travail, les déplacements professionnels des salariés commerciaux, des collaborateurs, des clients et des partenaires. Cette obligation réglementaire, issue de la loi de transition énergétique, a pour but de faire changer les comportements de chacun. Elle vise à diminuer les émissions de gaz à effet de serre, décongestionner les routes (bouchons, stationnement sur la voie publique) et améliorer le quotidien des salariés.

 

Quelles solutions peuvent être proposées ?

La loi relative à la transition énergétique qui régit le Plan de Mobilité des Entreprises est claire sur ce que peuvent faire les entreprises pour améliorer la mobilité de leur personnel. Les entreprises peuvent ainsi encourager l’utilisation des transports en commun (participation financière aux abonnements, création d’une navette d’entreprise), du vélo et le recours au covoiturage travail – domicile (Coovia est en mesure de vous proposer des plans d’action clé en main pour ne pas surcharger vos équipes), aménager les horaires des salariés, améliorer l’accès des piétons aux bâtiments dans lesquels ils travaillent, proposer des solutions alternatives (chèque-taxi, utilisation de voitures de services, etc.) ou encore encourager le télétravail. Il est aussi possible de s’associer avec les entreprises voisines dans le cadre du plan de mobilité pour élargir l’offre. Contactez-nous !

 

Les avantages du Plan de Mobilité des Entreprises pour les entreprises

 

D’un point de vue financier, grâce au PME, les entreprises peuvent optimiser les coûts liés aux transports et, dans certains cas, diminuer la charge foncière. Du côté RH, l’entreprise renforce l’esprit d’équipe et la culture d’entreprise, améliore sa réputation. En effet, elle devient une entreprise éco-citoyenne.

 

Les avantages du Plan de Mobilité des Entreprises pour les salariés

 

Le PME pour les salariés permet une diminution des frais de déplacements travail domicile et améliore les conditions de travail et de transport. Le PME, c’est moins de stress pour plus de confort et de convivialité.

Si vous êtes concernés par la mise en place d’un PME, regardez ce que notre service Partenariats peut faire pour la mobilité de votre entreprise.

Les pires chansons à écouter en covoiturage

Les goûts musicaux sont propres à chacun et quand on covoiture, cela peut amener à vivre quelques moments gênants, surtout si le conducteur ne demande pas aux autres passagers ce qu’ils aiment. Coovia a mené son enquête et voici un top des pires chansons à écouter en covoiturage.

Les Sardines – Patrick Sébastien

La voiture est remplie à son maximum et les 3 passagers à l’arrière sont collés les uns aux autres… Le conducteur peut trouver drôle de lancer “les sardines” de Patrick Sébastien mais, soyons honnêtes, pas sûr que les autres apprécient. Et puis remuer en sautant sur place est un poil dangereux en voiture… Vraiment, la discographie de Patrick Sébastien est à bannir.

Selfie de Vald

Même si Vald est la star montante du moment et qu’il remplit les salles de concerts, Selfie n’est peut-être la chanson de Vald à mettre en covoiturage. Au vu des paroles, le malaise est assuré si la personne ne connaît pas du tout la “poésie” de Vald.

Libérée Délivrée de La Reine des Neiges

Pas besoin d’avoir des enfants pour que les premières notes de cette chanson hérissent les poils de tout le monde. Nous avons d’ailleurs fait un clin d’oeil à Elsa dans notre campagne il y a quelques mois. Elle a tellement été diffusée et son air est resté dans la tête de tout le monde durant des mois. Le meilleur moyen de mettre tout le monde de mauvaise humeur !

Les lacs du Connemara de Michel Sardou

Un grand classique de la chanson française, très souvent placée en fin de playlist des boîtes de nuit pour faire sortir les derniers clients. Nul doute qu’un petit “Lacs du Connemara” lancé à fond dans l’autoradio donnera envie aux passagers d’ouvrir les portes du véhicules pour fuir cet enfer. Et puis, on n’écoute pas de Sardou en voiture, ni ailleurs, par principe !

SIMCA 1000 des Chevaliers du Fiel

Alerte au malaise général ! Même si les Chevaliers du Fiel sont extrêmement drôles (du moins pour les habitants de la région Occitanie), la SIMCA 1000 date d’il y a bien longtemps et provoquera sans nul doute un malaise généralisé dans la voiture. Il ne faudra pas se vexer si quelqu’un demande si le choix de cette chanson est sérieuse…

Voyage Voyage version Kate Ryan

Le version originale de Desireless reste déjà bien en tête mais la version de Kate Ryan donne tout simplement envie d’arracher les baffles de la voiture. Son côté dancefloor est inexplicable et pour un trajet en voiture, “voyage voyage” fait lever les yeux au ciel. À supprimer de la playlist sur le champ !

Voilà pour un premier tour des pires chansons à écouter en covoit’. Et vous, vous mettriez quoi ?

Le covoiturage journalier : 5 raisons d’y céder

Le covoiturage journalier est plus que tentant pour de nombreuses personnes :

  • posséder une voiture a un certain coût,
  • les transports en commun mettent parfois plus de temps qu’un trajet en voiture ou ils ne passent tout simplement pas aux bonnes heures et au bon endroit.

En plus d’être pratique, le covoiturage a de très bons arguments pour l’adopter… Coovia vous donne 5 bonnes raisons de covoiturer au quotidien.

 

C’est économique

 

Le covoiturage n’est en aucun cas un complément de revenu, cependant, partager sa voiture le temps d’un trajet permet de faire quelques économies. Quand le trajet est un covoiturage régulier, il est même possible d’arriver à économiser un mois de salaire sur l’année. En effet, ce moyen de transport permet de diviser le prix du carburant, des frais de stationnement, mais aussi le coût d’entretien du véhicule ! C’est plutôt une bonne nouvelle !

 

C’est écologique

 

En covoiturant sur de courts trajets, on participe activement à la lutte contre la pollution. On partage un véhicule au lieu d’en avoir plusieurs avec une seule personne à l’intérieur. De même, cela réduit les bouchons et les ralentissements. C’est par les petits gestes que l’on arrive à de grands résultats !

 

C’est convivial

 

Le covoiturage est l’opportunité idéale pour faire de nouvelles rencontres, avoir des échanges et des discussions passionnantes ! Nouveau dans une ville, le covoiturage journalier permet de mieux vous intégrer à votre entreprise ou vous fait rencontrer de nouveaux amis. Vous apprenez à vous connaître durant vos trajets et plutôt que de chanter tout seul la chanson que vous écoutez à la radio ou de pester contre les automobilistes qui ne savent pas conduire (et qui croient au Père Noël en faisant cette queue de poisson), la discussion vous occupera et le trajet passera beaucoup plus vite ! Et en plus, le covoiturage a une symbolique solidaire puisque vous rendez service à quelqu’un qui peut avoir des difficultés à se rendre au travail.

 

C’est sécurisant

 

Être à deux dans la voiture enlève le stress que vous avez pu accumuler dans la journée : les discussions qui peuvent avoir lieu vous font oublier les tracas de la journée. Les trajets en covoiturage présentent également des risques d’accidents plus faibles que tout seul. Et pour les passagers, cela vous évite le harcèlement de rue et les éventuels pickpockets.

 

C’est la liberté

 

Le covoiturage est le seul transport qui permet de choisir librement son point de rendez-vous. Plus de soucis pour se rendre au travail ou rentrer chez soi, c’est pratique : les changements de bus et de lignes de métro qui allongent le trajet sont vite oubliés !

 

Alors, convaincu ? C’est le moment d’adopter le covoiturage quotidien !

 

Covoiturage à Toulouse : où se retrouver

Le covoiturage quotidien à Toulouse pour faire le trajet domicile – bureau vous tente, seulement comment retrouver votre covoitureur ? Après tout, vous ne le connaissez pas… Bonne nouvelle, Coovia propose des idées simples pour se rejoindre sans avoir à perdre du temps pour vous reconnaître et qui soit surtout légales.

Les zones de covoiturage

Grâce au covoiturage longues distances, de nombreuses “zones de covoiturage” ont été installées à Toulouse. C’est gratuit et sécurisé et il ne faut pas hésiter à utiliser ces points de rendez-vous aussi pour les trajets de covoiturage journalier. Les plus connus sont aux terminus des lignes de métro : Balma-Gramont, Ramonville, Basso Cambo et Borderouge. Le dépose-minute de la gare Matabiau est aussi plébiscité même si le boulevard est souvent bouchonné. On trouve même un point de covoiturage à l’aéroport Toulouse Blagnac au niveau du parc arrêt minute, il est signalé par un pictogramme.

Les abords des arrêts de bus

Nous avons référencé l’ensemble des arrêts de bus Tisséo sur l’application de covoiturage Coovia. Ce sont de bons points de repère. Attention à ne pas gêner la circulation mais cela évite de se donner rendez-vous à un feu qui peut être vert.

Les parkings

Se rejoindre sur un parking peut être une solution très pratique. On en trouve partout : parking relais (P+R), de centre commercial, de supermarché, de la poste ou simplement celui du bureau ! Et surtout c’est gratuit et le conducteur ne commet pas d’infraction en attendant le(s) covoitureur(s).

Convenir d’un lieu de rendez-vous

Coovia propose des points de rendez-vous. Nous les mettons à jour régulièrement, notamment grâce aux points déclarés par les conducteurs. Mais si le point de rendez-vous ne convient pas, le plus simple est d’en discuter via le chat. Si des covoitureurs habitent à proximité, le conducteur peut indiquer une rue, un commerce (rendez-vous devant le PMU ou la boulangerie), son adresse ou son parking comme lieu de rendez-vous. Si le passager habite ou travail sur le trajet du conducteur, il est possible de demander au conducteur s’il veut bien s’arrêter à ces endroits là. La discussion est la meilleure des solutions pour trouver un arrangement !

Maintenant, vous savez où vous retrouver pour un covoiturage à Toulouse. Il faut garder en tête que le covoiturage permet de choisir librement votre point de rendez-vous, contrairement à d’autres moyens de transport. Autant en profiter !

Covoiturage et convivialité : les règles à respecter.

Le covoiturage est une solution idéale pour faire quelques économies tout en agissant pour la planète en partageant un véhicule. Néanmoins, pour que le trajet se passe dans les meilleures conditions possibles et qu’il se reproduise de manière régulière, quelques règles de bonne conduite sont à respecter.

Le conducteur n’est pas un taxi

Il est important de garder en tête que le conducteur n’est pas un taxi : les lieux de rendez-vous et de dépôt sont définis en amont par le conducteur. Par conséquent, les passagers n’imposent pas au conducteur un détour pour être déposés. Bien entendu, il est possible de trouver un arrangement, mais c’est à discuter avant et le système de chat de Coovia le permet facilement.

Être ponctuel

C’est un savoir-être important quand il s’agit de covoiturage, surtout quand il s’agit de covoiturage quotidien dont le trajet est très souvent domicile – bureau. Le conducteur ne peut pas se permettre d’être en retard au travail. De même, le passager n’a pas à attendre trop longtemps au point de rendez-vous. Si vous êtes en retard, prévenez le conducteur/les passagers pour qu’ils puissent prévenir son bureau d’un éventuel retard, ne pas attendre inutilement au point de rendez-vous ou pour trouver une solution de repli.

Le respect du Code de la Route

Conducteurs, ne jouez pas les pilotes. Au volant, le respect du Code de la Route est de mise : le conducteur s’arrête au feu orange, respecte les limitations de vitesse, ne prend pas les ronds-points et virages à vive allure, s’arrête quand les piétons souhaitent traverser, etc. D’ailleurs, une étude montre que le covoiturage réduit fortement la mortalité routière. En résumé : le conducteur n’effraie pas le(s) passager(s)… et c’est le meilleur moyen d’avoir de meilleurs avis sur son profil 😉

Conducteurs, nettoyez votre véhicule

Avant de prendre vos premiers covoitureurs, conducteurs, prenez soin de nettoyer votre voiture, surtout son intérieur. Personne n’apprécie monter dans une voiture dont des bouteilles vides et autres déchets jonchent le sol et recouvrent les sièges. Les passagers vous remercieront.

Passagers, ne laissez pas de saletés dans le véhicule

Le conducteur fait l’effort de nettoyer son véhicule avant que vous ne fassiez le trajet ensemble. En retour, ne salissez pas le véhicule. Ne laissez pas vos détritus, ne mangez pas à l’intérieur du véhicule, ne fumez pas sauf si le conducteur vous l’autorise. C’est tout simplement un savoir-être de base.

Être poli et courtois

Pour que le trajet quotidien se déroule de manière conviviale, les règles principales sont d’être polis et courtois. “Bonjour” et “au revoir” sont les bases essentielles, et les remerciements à l’arrivée sont appréciées. Cependant, les sujets à polémiques sont à éviter, les rumeurs et moqueries aussi si vous êtes collègues de travail et il va de soi que les insultes sont prohibées.

Maintenant vous êtes parés pour que votre covoiturage se passe dans les meilleures conditions possibles !