Le covoiturage local, un bon plan aussi pour la mobilité.

La fin de l’année approche et nous sommes sûrs que vous sauriez quoi faire de 2.000€. Or, l’ADEME estime dans un rapport (pdf) qu’un salarié qui habite à 30 km de son travail peut économiser jusqu’à 2.000€/an en covoiturant en alternance avec un voisin ou un collègue. C’est mieux que le loto : tous ceux qui jouent gagnent !

En plus du partage des frais, le covoiturage local permet de passer un bon moment, crée des liens, et améliore la sécurité routière. En effet, les conducteurs font plus attention lorsqu’ils ont des passagers.

Sur Coovia, nous avons beaucoup plus de demandes que de déclarations de trajets, y compris de la part de personnes qui font des trajets seules dans leur voiture. C’est dommage. Comme pour le loto, 100% des covoitureurs ont tenté leur chance 😉

Et vous, que feriez vous de 2.000€ ?

Le covoiturage, une solution à adopter d’urgence.

Il y a urgence concernant les déplacements à Toulouse, disent les Conseils de développement de Toulouse métropole, du Sicoval et du Murétain. C’est ce que relate un article de la Dépêche :

Les experts citoyens des 3 Codev de l’agglomération estiment qu’un plan d’urgence pour les transports est nécessaire en complément du projet de 3e ligne de métro. Ils le détaillent dans leur contribution au débat public en cours.

Dans les pistes à explorer, les experts mettent en avant le covoiturage, au côté d’autres solutions comme la limitation de la vitesse ou la priorité pour les bus Linéo. On le retrouve aussi dans le plan mobilités SMTC-Tisséo 2025-2030 lorsqu’il est question de la voiture partagée.

On ne peut pas penser la mobilité avec seulement des transports en commun… ou seulement des voitures, individuelles ou partagées. Toute politique sérieuse ne peut se faire qu’avec un mix de tout cela. Métro et bus permettent à de plus en plus de personnes de se transporter mais l’agglomération toulousaine croit de 15 000 personnes par an. C’est bien pour l’économie locale mais cela a forcément des conséquences sur le traffic et le périmètre de l’agglo. Le covoiturage étant rapide à mettre en place, il est alors nécessaire.

« Nos choix dessineront le futur » dit justement le SMTC Tisséo. Coovia vous aide à faire ce choix, en vous permettant de covoiturer et mixer les différents transports. Mais nous ne pourrons arriver dessiner une belle métropole qu’avec vous tous ! Alors transportons-nous 😉

Le temps de trajet est-il du travail ?

Le covoiturage avec des collègues modifie le rapport à l’entreprise. Et si notre voiture était déjà une partie de celle-ci ?

Le numérique change notre rapport à l’entreprise.

Avec le développement du télétravail, de plus en plus de salariés évitent de s’engouffrer dans les bouchons. Si le télétravail permet, par exemple, de pouvoir continuer à travailler tout en gardant un oeil sur un enfant malade, il permet aussi – et c’est un avantage qu’on souligne finalement peu – d’éviter les temps de transport. On se demande d’ailleurs si le temps de trajet ne devrait pas être inclus dans le temps de travail. Cela obligerait à se poser la question de la pertinence de travailler dans un même lieu, à payer des places de parkings pour des véhicules qui ne sont pas utilisés.

Le covoiturage avec des collègues augmente le temps consacré à l’entreprise.

Lorsqu’on se met à covoiturer avec des collègues, on ne fait pas que se déplacer. On discute aussi. On parle travail, contrats, réunions, vie de l’entreprise… et on donne des nouvelles du petit dernier, du dernier concert auquel on est allé ou bien celui où on va aller. On parle musique, restaurants… et des performances de l’atelier ou du service.

Avec des collègues, l’habitacle de la voiture devient une machine à café, une salle de pause ou de réunion. Il se passe des choses et on a déjà un pied dans le travail. C’est un sas entre la maison et l’entreprise, entre la vie privée et la vie salariée. A mesure de l’avancée vers le travail, on se prépare à travailler. On est donc plus productif plus vite ! Tout le monde est gagnant : l’entreprise qui a des salariés plus focus, l’équipe qui voit son ambiance s’améliorer, le salarié qui est moins stressé en allant au travail.

Rembourser les trajets

Chez Coovia, nous incitons les collaborateurs à covoiturer et, évidemment, ils n’ont pas d’obligation à le faire. Nous remboursons à 100% les trajets faits avec Coovia car le covoiturage est aussi un facteur de circulation de l’information. Peut-être que la prochaine géniale idée germera pendant une discussion sur le chemin du travail, à un feu rouge ou à un stop, qui sait ?

Nous sommes une entreprise de covoiturage mais avant tout nous sommes une entreprise tout court et nous savons que les relations entre les personnes qui la composent sont importantes ! D’ailleurs, nous ne sommes déjà plus les seuls à rembourser les frais de covoiturage. Votre entreprise bientôt aussi ? 😉

Que dit la législation actuelle ?

  • Le temps de trajet n’est pas du temps de travail effectif, sauf s’il est supérieur au temps de travail habituel.
  • L’employeur rembourse au moins 50% des transports publics, vélos compris.
  • Pour un véhicule personnel : les remboursements de frais de carburant ou d’alimentation électrique – donc de participation aux frais de covoiturage – sont exonérés de cotisations sociales et d’impôt sur le revenu dans la limite de 200 € par an.

Source